Review Sheeva Plug partie 1

Alors voilà une petite review hardware du Sheeva Plug. Autant prévénir tout de suite je ne rentrerai pas dans les détails de la fabrication électronique, je me contenterai de donner l’avis d’un utilisateur lambda sur ce type d’appareil. Il faut tout de même savoir que c’est un objet open source. J’entends par là que les plans de fabrication des composants électroniques sont fournis, ce qui permet à tout amateur du genre de bidouiller les cablages, d’ajouter des ports, de le brancher avec d’autres composants…

Donc ma commande comprenait un Sheeva Plug Development Kit et deux cartes SD de 8go : une carte permettant de démarrer sur une Debian, l’autre sur une Ubuntu. L’ensemble m’a coûté 147 livres (port compris).
En prime est fourni un CD donnant les documents expliquant la fabrication de l’engin, et de quoi réinitialiser la bête en cas de gros plantage. Par défaut est installé une Ubuntu, mais la place initiale de 512mo n’offre pas beaucoup de possibilités. Il faut donc soit passer sur carte SD, soit y brancher un disque dur externe.

La boite est sobre et élégante. Elle s’ouvre pas l’avant en tirant puis soulevant la partie haute.

Quand ouvre la boite on découvre en premier lieu une série de cables…

… Puis le Sheeva plug lui même ! Bien emballé dans du papier bulle.

Donc au final la boîte comporte :

  • Le Sheeva Plug ;
  • Un certificat de garantie ;
  • Un système de branchement direct ;
  • Un système de branchement à fil ;
  • Un court cable réseau (catégorie 5) ;
  • Un cable pour se connecter à un port USB via un mini port (type cable d’appareil photo).


Le Sheeva plug comporte 4 slots :

  • Un slot RJ45 ;
  • Un slot USB ;
  • Un slot pour SD card ;
  • Un mini slot.

Le sheeva plug est assez gros, on aurait aimé quelque chose de plus miniature mais la taille est raissonable (110mm (L) x 69.5mm (W) x 48.5 mm (H)). Il fait la taille d’un IPhone avec une épaiseur nettement plus importante.


Une fois branché, le sheeva plug chauffe raisonnablement, ce qui n’est pas mal étant donné qu’il n’y a aucun système de refroidissement. Petite déception sur le lecteur de carte SD peu pratique et qui laisse franchement dépasser la carte. Dommage, on perd encore en miniaturisation. Par contre je n’ai rencontré aucun problème de fonctionnement et mon serveur était installé en 5 minutes. Il manque un bouton de reboot, c’est un peu étrange de devoir débrancher puis rebrancher la machine pour redémarrer.

C’en est fini pour la première partie. La prochaine fois je donnerai un tutorial pour installer Lighttpd, Django et Couchdb et comment les interfacer tous les trois sur Sheeva Plug. J’ai peu de temps libre en ce moment donc ça ne sera pas tout de suite, mais soyez patients !

NB : Voici la fiche technique détaillée du produit.

Toutes les photos sont de moi et sont sous licence Creative-Commons by-sa 3.0.

Advertisements

Diaspora out

Ca y est les sources de Diaspora sont disponibles. C’est assez intéressant. Le code a l’air assez clean et pas trop compliqué. C’est fait en Ruby et côté base de données, ils ont parié sur MongoDb.  Il y a aussi des API pour différents langages.

Voici mon premier pour / contre à chaud sur Diaspora :

Pour

  • Le soft a l’air très bien foutu ;
  • Les données sont toutes encryptées ;
  • Les interfaces sont assez avancées ;
  • Plein de features sympathiques ;
  • Une bonne doc d’installation ;
  • La roadmap laisse présager d’autres features intéressantes ;
  • L’objectif visant à remplacer Facebook semble se concrétiser.

Contre

  • C’est seulement un Facebook like. Beaucoup d’API sont proposées, mais au final ce n’est pas vraiment un réceptacle d’applications comme je l’avais imaginé pour Newebe.
  • Une activité commerciale sera développée en parallèle pour ceux qui auront la flemme de ne pas vouloir s’installer un serveur. Je ne trouve pas ça hyper compatible avec le principe d’ouverture de ce genre de réseau.

En résumé je ne suis pas très fan. Le soft a l’air très bien en soit mais il ne constitue pas vraiment une alternative à la déferlante des réseaux sociaux, des Googles Apps, Basecamp et consors. Il se limite à un champ d’utilisation. Toutefois cela donnera peut être des idées à d’autres gens pour faire des choses dans le même genre. Bon avant de démarrer mes développements sur Newebe, je vais tout de  même creuser Diaspora car je ne l’ai pas assez étudié.

J’en profite pour vous donner les prochains étapes que j’ai prévues :

  • Faire une review hardware sur le Sheeva Plug (j’ai reçu la bête il y a trois jours, je peux déjà vous dire que c’est génial !).
  • Faire une review software du Sheeva Plug : installation Lighttpd, Django et Couchdb sur Debian ainsi que Diaspora sur Ubuntu
  • Interfacer Django et Couchdb
  • Réaliser un soft basique genre twitter-like entre deux serveurs Newebe pour faire office de Proof Of Concept.
  • Si ça marche ouverture d’un site dédié, d’un wiki et mise à disposition des sources sur Github

Bon je n’ai pas énormément de temps libre en ce moment, donc cela prendra du temps. Je ne fournis donc aucune date.