In Bruges

In January, I spent two days in Bruges, a lovely city in Belgium. Due to its numerous canals, some call this town The Venice of The North. I have never been in Venice, whatever I had a pleasant time there, in a snowy version of Bruges.

Image

The Market Place, one of the main place of the city.There are two frie sellers who make daily battles where the winner is the one who sells the more fries.

Image

Windmills, there are several of them around the city. They make a nice landscape.

Image

A frozen canal, by night.

Advertisements

Laos semaine 3 : Luang Prabang, Vang Vieng, Vientiane

Après 6h de bateau, j’arrive à Luang Prabang. C’est la ville la plus touristique du Laos, elle fait partie du patrimoine mondial de l’Unesco. Effectivement l’endroit est superbe. J’ai décidé d’y rester 6 jours car j’en ai un peu marre de courir partout.

Il y a beaucoup de marchés à Luang Prabang, notamment pour la nourriture. C’est l’occasion pour moi de vous parler de leurs bananes. Ici les bananes sont toutes petites. On en voit partout dans le pays, on finit par vraiment les associer au Laos. En plus elles sont très pratiques pour grignoter lorsqu’on marche.

Le coucher de soleil sur le Mekong, on ne s’en lasse pas. Plaisir quotidien auquel je ne savais dérogé.

Le Laos a de très belles cascades, ici celle de Tad Sae. Evidemment l’endroit est blindé de touristes. Mais une fois quelques mètres parcourus, on se retrouve seul pris entre l’eau turquoise et la jungle.

La belle rue où se situait ma guesthouse.

Le pays est très jeune, il y a des enfants partout. Ils sont assez suprenants de par leur calme, je n’en ai jamais vu un faire une colère. Certains travaillent et ont des allures d’adultes. Fréquemment, quand ils voient un falang (un étranger) ils accourent en criant Sabaidee (bonjour). Ils veulent souvent jouer et parfois réclament de l’argent. Pas facile de savoir quel comportement adopté. Pour ma part je passais mon chemin en les saluant.

Luang Prabang c’est aussi la ville des temples. Il y en a un paquet. A l’intérieur : un bouda géant et des offrandes.

Le marché des artisans est composé de stands comme celui ci. On en voit à perte de vue. Ils se ressemblent tous. et n’arrivent que le soir quand la nuit tombe. Mes pulsions consommatrices prennent le dessus : j’ai envie de tout acheter.

Les moines et leurs tuniques oranges. Ici nous sommes à Vang Vieng, j’ai pris le chemin du retour, mon avion est prévu deux jours plus tard.

Après Vang Vieng retour à Vientiane où mon dernier repas sera un Hot Pot, espèce de soupe de nouilles en forme de fondue. C’est très bon. Je me suis bien adapté au rythme laotien et n’ai plus vraiment envie de rentrer en France, malheureusement tout a une fin.

Laos semaine 2 : Phonsavan, Sam Neua, Vieng Xai, Nong Khiaw

Durant cette semaine j’ai beaucoup pris le bus, c’est un très bon moyen de transport pour voyager : on découvre le paysage et on côtoie les laotiens tout du long. Pas plus de trois touristes par bus dans ce coin du pays : direction le nord est avec pour objectif Vieng Xai.

En route vers PhonsavanC’est la première équipe qui m’accompagnera dans mon voyage, trois d’entre eux vomiront, nous serons même obliger de nous arrêter près d’une source pour laver le bus. Nous sommes dans un mini-van, les fauteuils sont en cuir, c’est du grand luxe. Par contre on y rentre le maximum de personne, nous étions 12.

Jarres de la plaine des jarresLa plaine des jarres ou l’Ile de Pâques du Laos, personne ne sait pourquoi ces jarres sont là.  On suppose simplement que ce sont des tombes mais on a trouvé aucune explication sur leur provenance, elles pèsent des tonnes et à cette époque les hommes n’était pas censés connaître de techniques pour les déplacer ni même les fabriquer. Cette visite est l’occasion pour moi de parler avec un laotien (mon guide) qui parle anglais et qui est récolte le riz le week-end. J’en apprends donc un peu plus sur la culture du riz. Ici l’agriculture bio règne en maitre,  ils n’ont pas encore de machines et se méfient des pesticides qui rendent le sol incultivable en à peine 3 ans.

Le chauffe eauC’est dans ces marmites qu’on fait cuire les nouilles. Là bas la soupe de nouilles, le phô, est le plat le plus courant. On en mange à n’importe quelle heure, même au petit déjeuner. C’est souvent assez bon même si la viande laisser à désirer. Les agréments, herbes et piments, sont servis à côté. J’en ai tellement mangé que j’ai oublié d’en prendre en photo, snif.

Mémorial de la guerre du Vietnam. Plus loin il y avait un mémorial de la guerre du Laos. Il faut savoir qu’ici les américains ont vidé l’équivalent d’un bombardier toutes les 8 minutes pendant 9 ans. Et en plus ils appelaient ça la guerre secrète.

Des animaux sur la routeAu Laos, il est courant de voir des animaux sur la route : coqs, boeufs, chiens, etc. Les bus s’arrêtent toujours pour les laisser passer (tout en klaxonnant pour qu’ils pressent le pas).

Marché de Sam NeuaAprès beaucoup d’heures de bus, arrivée à Sam Neau. Ville assez triste mais pourvu d’un marché de nourriture assez intéressant. Ici on diffuse les messages de propagande au haut parleur. On est proche du Vietnam, mais on est pas très habitués à recevoir les touristes. Personne ne parle anglais et tout est écrit en Lao. Le matin il fait froid. L’endroit n’est pas plaisant mais je suis content d’être dans une ville authentique.

Non loin de Sam Neua, se trouve une petite ville nommée Vieng Xai. Ici il existe de nombreuses grottes aménagées dans lesquels les gens vivaient durant la guerre. Mais surtout l’endroit est magnifique, une fois le soleil venu. Malheureusement il n’arrive que tard dans l’après midi. Jusque là le ciel est gris et il fait très froid. Ici on ne comprend vraiment pas l’anglais. J’aurais aimé rester plusieurs jours mais je me rends compte que j’ai atteint ma limite. Je ne suis pas à l’aise car je n’arrive pas à me faire comprendre, le climat est trop rigoureux. Je décide de m’enfuir dès le lendemain.

J’ai un peu de regret avec le recul, j’aurais mieux fait d’acheter des vêtements sur place. L’endroit est vraiment agréable. Tant pis, j’ai quand même trouvé là bas trois touristes avec qui je passe la soirée. Nous dînons avec une vue sur un des lacs artificiels qui entourent la ville.

Le bateau en direction de Luang PrabangJe reviens à Sam Neua pour y rester une journée supplémentaire. Je ne ferai pas de photos ce jour là, j’ai besoin d’une pause, marre de trimbaler mon matériel partout. Le lendemain je prends le bus le plus fun de mon voyage. Tant mieux car j’en ai pour 12h. Le conducteur va très vite, il évite très bien les animaux, rend service à des tas de gens sur la route, met de la musique lao à fond durant le trajet. C’est vraiment folklorique. Il est aussi très sympa avec nous. Le voyage passe à toute vitesse. Il me laisse à Nong Khiaw, qui est située près d’une rivière encaissée entre deux montagnes, c’est superbe. Je reporte mes photos au lendemain, grave erreur, au matin nous sommes dans la brume et on ne voit plus rien des montagnes. Dommage, je prends mon bateau à 11h pour Luang Prabang où une semaine facile au milieu des touristes m’attend.

Laos semaine 1 : Vientiane et Vang Vieng

Voici quelques photos de ma première semaine au Laos. J’ai choisi les trois photos (pour chacune) qui me semblaient le mieux représenter ces deux villes.

Vientiane est sans doute la ville la plus moderne du pays. Pour autant les spécificités du Laos y sont bien présentes : rythme calme, développement chaotique, traditions boudhistes….

Le Tuk Tuk fait office de taxi à Vientiane. Ses tarifs sont particuliers : 2 euros quelque soit la course 10m ou 2km. Les Tuk Tuk sont de véritables mafias au sein des villes : prix alignés, vente de drogues la nuit tombée, harcèlement permanent des touristes pour leur offir leur services. Malgré ça monter dans un Tuk Tuk est déjà une expérience en soit ! Difficile de resister à la tentation de les prendre tant ils sont dépaysants.

Les vats (temples) sont omniprésents au Laos. Les premiers que l’on aperçoit nous émerveillent puis on prend l’habitude au point de les ignorer s’ils ne sont pas assez stylisés. Chaque temple renferme un Boudha géant auquel les habitants font des offrandes.

On peut acheter de la nourriture partout à Vientiane. Les vendeurs de rue sont légions. Le plat le plus courant est la soupe de nouilles mais comme vous pouvez le voir sur la photo, il est aussi possible de profiter de brochettes de viandes ou de poissons, parfois même de tofu ou d’autres aliments que je n’ai pu identifiés.

Arrivée à Vang Vieng, terre de contrastes : d’un côté des paysages magnifiques, de l’autre une ville dédiée aux jeunes occidentaux. A Vang Vieng, l’alcool coule à flot, la drogue s’achète au comptoir et une activité nommée le tubing (descente de la rivière dans un bouée) permet d’animer le tout. Vang Vieng fait aussi la joie des sportifs, notamment pour le rafting et l’escalade.

Les formations kharstiques entourent la plaine. une rivière appelée Nam Song longe la ville. C’est beau.

Comme partout au Laos, les rizières constituent la principale activité agricole. Les femmes sont très présentes dans les champs. C’est la fin de la saison des pluies et le début de la saison sèche, il est temps de récolter le riz.

A Vang Vieng les gens aiment bien se jeter dans l’eau. Ici on voit principalement des laotiens, mais c’est une activité très prisée des occidentaux. Une voiture garée non loin, fait office de haut-parleur et envoie de la musique à fond, de l’autre côté un bar sert des raffraichissements. La fête ne fait que commencer…

Back from Paradise

Ca y est, je suis de retour de ce formidable pays qu’est le Laos. Outre les paysages magnifiques, cette contrée nous fait redécouvrir le bonheur de vivre lentement et simplement. Autre fait remarquable, les gens s’énervent rarement, uniquement pour des problèmes graves. En y ajoutant un soleil quasi permanent, vous obtenez la meilleure thérapie pour éliminer stress et fatigue ! Bref, j’ai adoré ce voyage et mes batteries sont chargées à bloc. J’ai donc décidé de travailler à temps plein sur Newebe au mois de décembre (et peut être janvier aussi, selon mes réserves financières). Espérons que ça permettra de faire avancer significativement le projet.

Dans les prochains posts, je partagerai quelques photos de mon voyage pour ensuite revenir aux choses sérieuses en parlant d’informatique et de réseaux sociaux : newebe, node.js et revues de livres en perspective.

Malahide to Howth

Je reviens d’un week-end à Dublin. Je ne prendrais pas le temps de vous vanter les mérites de cette ville. Je tenais juste à rappeler que la mer ne se trouve pas loin et qu’il peut être intéressant d’y faire une balade.

Mon ami habitant Malahide (banlieue) nous en avons profiter pour faire un bout de chemin sur la côte près de chez lui puis vers Howth. C’est le moment qui m’a le plus plu dans ce voyage. Quand j’étais petit, cela m’aurait profondément ennuyé. Pourtant ce dimanche j’ai beaucoup aimé ça.

Pour en revenir à Dublin, au niveau des sorties, vous pouvez essayer les pubs géants qui sont toujours impressionants. Dans un style plus classique, le Marble Bar du Westbury Hotel vaut également le détour. Pour le reste, vous verrez de vous même. Passer un week-end dans cette ville n’est pas du temps perdu.