Google+ un pied de nez aux ingénieurs de Facebook

On parle beaucoup de l’affrontement entre Google et Facebook et des moyens mis en oeuvre par ces deux sociétés pour recruter des ingénieurs de qualité. Et pourtant personne n’a relevé l’énorme pied de nez qu’est Google+ à Facebook. En effet Google+ est atrocement rapide et les galeries photos sont super classes et facile à naviguer. Or Facebook n’est pas une foudre de guerre et ses galeries photos ne sont vraiment pas sympa à naviguer. En tant que développeur, je mets ma main à brûler que les réalisateurs de Google+ ne sont pas peu fiers. Surtout quand on sait que beaucoup d’ingénieurs de l’un ont été débauchés par l’autre.

Tant que j’y suis Movim 0.3 est sorti. On peut désormais faire du microblogging et éditer son profil dit le communiqué. Ce serait bien que je me décide à l’installer !

Seeks et OwnCloud se portent bien (une v2 bientôt pour OwnCloud), Jappix est déjà en 0.7, bref la vie est belle dans le monde du décentralisé !

Une piste pour réaliser de bonne interfaces

Lors de développements récents, j’ai fait un constat amusant : même pour un logiciel sérieux, un bon moyen de réaliser une interface utilisateur qui plait est de la rendre ludique.

Travaillant depuis un moment sur un logiciel qui a vocation à remplacer des tableaux excels, j’ai fait en sorte que les utilisateurs retrouvent certains repères pour éviter un dépaysement trop brutal. Ayant constaté qu’ils employaient beaucoup de couleurs dans ces documents, j’ai donc associé une couleur à chaque donnée principale et fait en sorte qu’elle apparaisse très nettement (en fait l’idée ne vient pas vraiment de moi mais j’ai renforcé cet aspect). Comme j’aime bien aérer les données, cela revient en gros à mettre des gros rectangles colorés un peu partout mais bien ordonnées.

Les utilisateurs semblaient satisfaits du résultat mais ceci m’a valu une remarque : le logiciel fait “playmobil”. Sur le coup j’étais un peu véxé… Mais en y repensant un peu, force est de constater que c’était vrai. Toutefois, rapidement la vexation a laisser place à la satisfaction. En effet, je me suis rendu compte que j’aimais moi aussi bien jouer avec ces interfaces. Déplacer mes gros carrés roses, changer la couleur de certains champs m’amuse beaucoup.  C’est un point de vue totalement subjectif, mais je ne peux m’empêcher de penser l’utilisateur final ressent à peu près la même chose. Ceci s’avère vrai dans bien d’autres cas, par exemple, quand on tient un iphone pour la première fois dans sa main, on est pressé de rentrer ses contacts dedans, de l’utiliser pour voir les fenêtres bouger ou les menus défiler. Et lorsqu’on a terminé on ressent une certaine déception de ne pouvoir continuer (ok l’app store vient à la rescousse à ce moment là).

Outre l’intérêt marketing, je trouve cet aspect important car il peut motiver les gens à utiliser le logiciel. Bien souvent, dans les entreprises par exemple, les gens n’utilisent pas le logiciel car il est trop pénible. Les données rentrées sont donc incomplètes, voire fausses. La qualité de communication décroit et le logiciel perd de son intérêt. Avec une interface claire et ludique, on est plus motivé pour rentrer ses données ou à communiquer : ce qui pouvait être ennuyeux devient une détente.

Source de l’image

Revue de livre : Beginning Django E-commerce

Cette fois-ci, voici la revue d’un livre pour apprendre à utiliser le framework de dévelopement web Django. Django e-commerce écrit par Jim McGaw est construit sous la forme d’un tutorial géant. L’objectif est de construire une boutique en ligne à partir de cet outil. Si vous voulez apprendre Django, rassurez-vous, Il n’y a qu’un chapitre spécifique aux applications e-commerce. Le reste des points abordés reste valable pour n’importe quel application web avec un bon traffic. Il y a quelques remarques sur l’aspect marketing, mais elles restent très légères, on a bien affaire à un livre technique.

Comme je l’ai dit ce livre est un didacticiel qui couvre toutes les problématiques d’un site web. On commence par constituer le modèle de données, on construit ensuite nos pages de catalogues. On apprend a faire un panier qui persiste avec la sessions utilisateur puis à gérer les paiements. Enfin après l’implémentation de techniques permettant de proposer à l’utilisateur  des artciles adaptés (snif pour la vie privée), l’optimisation de l’indexation dans les moteurs de recherche il ne reste plus qu’à bien sécuriser le site et mettre en cache le résultat des requêtes via memcache pour enfin déployer proprement son site web. Bref vous serez paré pour monter un site web haut de gamme (enfin embauchez un designer quand même car ce livre ne vous aidera pas sur la question).
Hormis le fait qu’ily a parfois un peu trop de blabla (prévoir le fait que le livre est un peu long à lire), je suis satisfait de mon achat qui tout en couvrant le cas d’usage des sites e-commerce offre un apprentissage généraliste du framework Django. Il est très bon pour les débutants motivés et permettra au développeur de niveau intermédiaire de se perfectionner.